TERTIAIRE ET INDUSTRIELLE

Tertiaire - Schneider (243)

COFFRETS, PORTES ET ARMOIRES (21)

Linergy répartiteurs étagés (5)

Peigne et accessoires de raccordement (18)

Fusible et porte-fusible (8)

Borne de recharge (2)

AUXILIAIRES & AUTRES MODULES TERTIAIRE (12)

Contacteurs, relais et gestion moteur (75)

Boutons, poussoirs et voyants (63)

Interrupteurs de position et de sécurité (12)

Relais de commande -Schneider (12)

PRISE INDUSTRIELLE (18)

Détecteurs, fin de course, RFID (12)

Unités de commande et de signalisation (63)

Chemin de câbles Electrique

L’électricité tertiaire

L’électricité dans le tertiaire, qu’est ce que ça change?

Maintenant que le domaine est défini, passons aux spécificités d’une manière assez large:

Une installation électrique tertiaire est différente:

La première chose qui diffère une installation électrique dans un local professionnel tertiaire, c’est le type d’alimentation qui est triphasée. La conception du tableau électrique est différente d’un coffret électrique monophasé.

Le matériel électrique à mettre en oeuvre est lui aussi différent: répartiteur tétrapolaire, bobine MX, télécommande de BAES…. Pour ceux qui ne comprennent pas ces termes, pas de panique, je reviendrai dessus (mais dans d’autres articles).

 

produits tertiaires les plus populaires

L’électricité dans le secteur industriel

Qui dit industrie dit production comme je l’ai expliqué ci dessus dans la définition de l’électricité industrielle.
Et pour produire, on utilise des machines et des outils qui consomment de l’électricité. Les grandeurs engagées, courant et tension électrique, sont bien plus importantes que dans une installation résidentielle.
De ce fait, le matériel électrique qui protège ces machines et outils de production est adapté au besoin.
Les dispositifs de protection sont souvent en tétrapolaire –triphasé avec des calibres de protection de plusieurs dizaines voir centaines d’ampères.

Au niveau du savoir et des compétences:

L’électricité industrielle met en oeuvre des puissances plus importantes, je viens de l’expliquer. Cela nécessite de posséder des notions techniques et théoriques plus avancées et complexes que dans le cas de l’électricité résidentielle.
Il est question par exemple de pouvoir de coupure, d’harmoniques, de champs magnétiques, d’équilibrage de phase, de démarrage moteur, de régime de neutre….
Mais ce n’est pas uniquement une question de théorie.
Car en industriel, il faut savoir travailler avec une vision plus large et voir plus loin que le courant ou la tension électrique.
Il faut avoir des notions de mécaniques, d’automatisme et aussi d’électronique.
Un machine outil est certes alimentée électriquement. Mais une panne de la machine peut avoir pour origine un problème mécanique. Il faudra résoudre ce dysfonctionnement mécanique avant de pouvoir la remettre en fonctionnement.
Un autre exemple: un capteur défectueux peut impacter le fonctionnement d’une machine de façon global et provoquer une disjonction.

Les différences de normes:

Dans l’absolu, la norme électrique ne change pas l’objectif principal. Que se soit en résidentiel ou en industriel, le but est de protéger les biens et les personnes.

La complexité d’une installation électrique industrielle étant supérieure a son homologue résidentielle, cela implique qu’il y a de notions supplémentaires a connaître.
Un exemple?
Il existe des dispositifs différentiels avec une sensibilité de déclenchement de 300ma en industriel qui ne peuvent pas être utilisés en résidentiel.

Notre catalogue répond à tous les besoins des professionnels en matière d’équipement, des transformateurs et tableaux électriques jusqu’aux fils et accessoires. Trouvez la référence qu’il vous faut parmi plus de 15 000 articles couvrant toutes les utilisations industrielles (et de maintenance) :

  • fils et câbles industriels (souples, rigides, blindés, norme UL…) ;
  • presse-étoupes en plastique ou en métal ;
  • colliers de serrage et de câblage ;
  • cosses pré-isolées ou tubulaires en cuivre (droites ou coudées) ;
  • manchons et gaine thermorétractable (+ dévidoirs);
  • embouts de câblage (nus, pré-isolés, en bande…) ;
  • gaines : PVC, annelée, fendue, tressées en polyamide, métallique, gaines de protection ;
  • conduits et cheminement (goulottes de câblage, chemin de câble fil ou tôle) ;
  • passe-fils et rivets ;
  • repères de câbles et systèmes de repérage ;
  • tresses métalliques cuivre ou inox ;
  • connecteurs et barres de mise à la terre, barres taraudées, répartiteurs, isolateurs ;
  • blocs de jonction
  • rails DIN ;
  • appareils modulaires et coffrets (disjoncteurs, interrupteurs différentiels, barres de pontage, boîtiers en saillie) ;
  • instrumentation, appareillage de commande et de contrôle (auxiliaires de commande, multimètres, etc.) ;
  • matériel ATEX (éclairage, coffrets et boîtes de jonction, presse-étoupes etc.) ;
  • boîtiers et prises industrielles  (intérieur/extérieur) ;
  • gaines IRL et ICT ;
  • fusibles cylindriques industriels ;
  • transformateurs monophasés nus ;
  • adhésifs de fixation et de repérage tous types.